Association Bien Etre


Poster un commentaire

Lâcher prise …

Lâcher prise,

C’est renoncer à tout contrôler, à vouloir le bien de l’autre,
C’est renoncer à prouver quoi que ce soit,
C’est accepter que l’autre est l’autre,
Et que moi-même, je suis qui je suis, et non pas qui j’avais rêvé d’être.

Lâcher prise,
C’est faire confiance,
C’est signer un chèque en blanc sur l’avenir, sur cette vie et sur ce qui lui fait suite.
C’est cesser de faire le procès de la vie qui ne nous donne pas ce que nous en attendions.

En fait, lâcher prise,
C’est commencer à être vraiment heureux
Car le bonheur, c’est comme un sillage : il suit fidèlement celui qui ne le poursuit pas.
Si on s’arrête pour le contempler, pour le saisir, il s’évanouit aussitôt.

A partir du moment où l’on peut lâcher prise,
Où l’on ne désire plus être heureux à tout prix,
On découvre que le bonheur, c’est cette capacité de garder les mains ouvertes
Plutôt qu’agrippées sur ce que nous croyons nous être indispensable.

Rosette Poletti – « Lâcher prise… pour être heureux »

J’espère que ce petit texte sur le lâcher prise vous apportera la paix du coeur en cette période qui est peut etre difficile pour vous. Vous avez peut être un choix à faire, vous vous sentez peut etre obligés de trahir vos convictions… Ne restez pas sous l’émotion, lâcher prise. Sortez, prenez l’air…. méditez, faites du yoga pour vous recentrez car toute prise de décision importante doit se faire en accord avec son esprit, son coeur et son corps.

Quand on pratique le yoga, on devient très sensible aux médicaments, à la chimie et souvent on se dirige vers des thérapies plus naturelles pour se soigner. Donc en cette période d’obligation vaccinale (qui n’est pas encore votée par le parlement, en plus), il est inutile de paniquer, il est important de prendre du recul et d’écouter son corps pour dans un premier temps déjà accueillir avec bienveillance toutes les émotions qui vous traversent… puis laisser la réponse à votre question émerger ! Ne vous précipitez pas et prenez votre décision en accord avec votre corps.

Ishvara pranidhana … confiance !

Namasté


1 commentaire

La danse des 5 rythmes

Évacuez vos émotions et soyez vous-même !

Comme j’ai créé ce blog pour vous parler de tout ce qui peut favoriser votre bien-être, je vais vous parler aujourd’hui de la danse des 5 rythmes.

Créée par Gabrielle Roth à la fin des années 60, la Danse des 5 Rythmes est une danse libre. Il n’est pas nécessaire de savoir danser. C’est à travers l’exploration de 5 rythmes : fluide, staccato, chaos, lyrique et quiétude, un enchaînement que l’on appelle « la vague », qu’on laisse aller ses émotions, ses inquiétudes, ses doutes…. jusqu’à trouver la quiétude, la joie, la sérénité.

Au cours de cette danse des 5 rythmes, on peut atteindre un état proche de la transe qui va nous permettre de laisser s’exprimer notre inspiration, notre intuition.  Un état chamanique qui est certainement favorisé par les percussions africaines, les chants, la musique electro… et l’enchaînement des différents rythmes.

Une méditation dansée, de 2 heures environ, où notre véritable ‘moi » va pouvoir enfin exister sans que nous y fassions barrage, ni censure.

Et c’est incroyable l’effet bénéfique que cette danse des 5 rythmes peut avoir sur nous !

Ci-dessous, je vous mets une petite vidéo de danse des 5 rythmes guidée par Gabrielle Roth (en anglais) , vous pourrez si vous le souhaitez  expérimenter 30 minutes de danse des 5 rythmes.

 

 

Pour la petite histoire, Gabrielle Roth (04/02/1941-22/10/2012) a consacré sa vie à la danse, au chant, à la poésie et au théâtre. A la suite d’une blessure au genou, elle voit sa carrière compromise.  Elle met alors au point la danse des « cinq rythmes » qui allie thérapie et danse.

« Mon art consiste à vous inviter à plonger à l’intérieur,
transformer votre souffrance en art, votre art en conscience et
votre conscience en action. »
Gabrielle Roth

 

 

 


Poster un commentaire

Yogathérapie et douleur

La « yogathérapie » est une approche récente du yoga qui se répand depuis quelques années dans les centres de santé et hôpitaux de différents pays. En France, c’est plus récent mais de plus en plus de médecins y sont formés. A l’hôpital Simone Veil d’Eaubonne en région parisienne, dans le Val d’Oise, le Dr Jocelyne Borel-Kuhner, médecin urgentiste spécialiste de la douleur et alpiniste est la première à voir ouvert une consultation en yoga-thérapie. 

Dans la conférence qui suit, elle nous explique comment le yoga peut agir dans la prévention et le soulagement de la douleur chez les patients.

Lire la suite


Poster un commentaire

Désolé, pardon, merci, je t’aime …

Il existe quantité de méthodes de bien-être et une amie m’a prêté un livre sur Ho’oponopono, une pratique ancestrale Hawaïenne dont j’avais beaucoup entendu parlée sans jamais approfondir.

Peut être connaissez vous aussi ces 4 phrases : « Désolé, Pardon, Merci, Je t’aime. » ? 

ho’oponopono était à la base, un rituel utilisé dans les villages pour régler les problèmes communautaires. Ho’oponopono veut dire  « corriger ce qui est erroné », « rendre droit », c’est à dire « revenir à ce qui est juste ».  Morrnah Simeona, une chamane Hawaïenne l’a développée au 20ème siècle et a mis au point une nouvelle version qui se pratique seul. Il s’agit essentiellement d’un processus de réconciliation avec soi-même. Un mantra que l’on dit à l’intérieur de soi dès qu’un conflit, une émotion forte et négative surgit devant nous. Lire la suite


6 Commentaires

Comment trouver une solution avec le focusing ?

Comment appréhender nos problèmes autrement et trouver des solutions nouvelles ?

Voici une vidéo mise en ligne par les Guerriers Pacifiques. Cette vidéo de 55 mn vous montrera comment se déroule une séance de focusing, ici avec un magnifique accompagnement de Nga Bui, thérapeute et formatrice en focusing.

Pour rappel, le focusing est une approche psychothérapeutique qui s’appuie sur le ressenti corporel afin de mieux comprendre une situation vécue. Grâce à une attention particulière aux ressentis du corps, la personne va pouvoir trouver des réponses adaptées à la difficulté rencontrée.  Il y a 6 étapes à respecter dans ce processus ( dégager l’espace, laisser venir le sens corporel, trouver la prise, faire résonner la prise, interroger la prise et accueillir).

Merci à elles deux de nous offrir cette séance.

Bon visionnage !

 


1 commentaire

Formulez votre Sankalpa pour 2017 !

Un Sankalpa est une intention que l’on formule dans le but d’atteindre un objectif bien précis. Ce peut être le souhait de s’améliorer, de faire des changements dans sa vie, de perdre des habitudes néfastes pour soi…

Il n’est pas nécessaire d’y réfléchir longtemps, c’est une idée qui doit jaillir instantanément du plus profond de notre être. Nous n’avons pas à y porter de jugement, ni à le dire à quiconque… C’est un secret que nous devons garder précieusement et c’est notre besoin profond du moment.

Telle une petite graine que nous semons, cette idée va germer, grandir en nous. Comme il faut du temps pour que la graine pousse, il faut aussi laisser du temps au mental pour s’imprégner, accepter, intégrer cette idée. Il nous faut donc garder le même sankalpa et l’entretenir en le répétant régulièrement jusqu’à sa réalisation.

Le sankalpa est une étape importante dans une séance de yoga nidra. C’est une petite phrase courte et positive, formulée au présent et sans négation. Elle est répétée intérieurement 3 fois en début et en fin de séance.

Voici une petite technique que je vous propose pour formuler votre Sankalpa dans les meilleures conditions.

Détendez-vous, en vous allongeant sur le dos. Vous pouvez garder un oreiller sous la tête.
Écoutez les bruits environnants.

Puis, écoutez les bruits dans la pièce où vous vous trouvez.
Observez votre respiration. Le souffle qui entre, qui sort. Les mouvements de l’air dans votre corps.
Comptez vos expirations à rebours de 27 à 1.
Quand vous avez fini, prenez un petit temps pour apprécier votre calme intérieur.
Portez alors votre attention sur la zone du diaphragme et commencer à respirer plus         lentement et plus profondément.
Gardez les yeux fermés et répétez votre Sankalpa 3 fois.

Si vous pratiquez le yoga, vous pouvez le faire au tout début de votre séance puis le répéter 3 fois, en fin de séance, lors de la relaxation.

Vous pouvez aussi plus simplement faire un premier Sankalpa, le soir avant de vous endormir et le répéter le matin avant de vous lever.

Quelques exemples de sankalpa :

« Je suis en parfaite santé physique et mentale ».

« Tous les jours à tous points de vue je vais de mieux en mieux ».
« J’ai confiance en moi ».
.. pensez à éviter la négation dans votre formulation : plutôt que dire « J’arrête de fumer », préférez « Je suis libre de toutes dépendances ».

Bon Sankalpa !


Poster un commentaire

Parler est un besoin, écouter est un art…

unnamed
Écouter est peut-être le plus beau cadeau que nous puissions faire à quelqu’un …
C’est lui dire : tu es important pour moi, tu es intéressant, je suis heureux que tu sois là.
Écouter, c’est commencer par se taire… Avez-vous remarqué combien les dialogues sont remplis d’expressions de ce genre : « C’est comme moi quand… » Ou bien : « Ça me rappelle ce qui m’est arrivé,… »
Bien souvent, ce que l’autre dit n’est qu’une occasion de parler de soi.
Écouter, c’est commencer par arrêter son petit cinéma intérieur, son monologue portatif, pour se laisser transformer par l’autre.
C’est accepter que l’autre entre en nous même comme il entrerait dans notre maison et s’y installerait un instant, s’asseyant dans notre fauteuil et prenant ses aises.
Écouter, c’est vraiment laisser tomber ce qui nous occupe pour donner tout son temps à l’autre.
C’est comme une promenade avec un ami, marcher à son pas, proche mais sans gêner, se laisser conduire par lui, s’arrêter avec lui, repartir, pour rien, pour lui.
Ecouter ce n’est pas chercher à répondre à l’autre, sachant qu’il a en lui même les réponses à ses propres questions.
C’est refuser de penser à la place de l’autre, de lui donner des conseils et même de vouloir le comprendre.
Écouter, c’est accueillir l’autre avec reconnaissance, tel qu’il se définit lui même sans se substituer à lui pour lui dire ce qu’il doit être.
C’est être ouvert positivement à toutes les idées à tous les sujets, à toutes les expériences, à toutes les solutions sans interpréter, sans juger, laissant à l’autre le temps et l’espace de trouver la voie qui est la sienne.
Écouter ce n’est pas vouloir que quelqu’un soit comme ceci ou comme cela, c’est apprendre à découvrir ses qualités qui sont en lui spécifiques.
Être attentif à quelqu’un qui souffre, ce n’est pas donner une solution ou une explication à sa souffrance, c’est lui permettre de la dire et de trouver lui-même son propre chemin pour s’en libérer.
Apprendre à écouter quelqu’un, c’est l’exercice le plus utile que nous puissions faire pour nous libérer de nos propres détresses…
Écouter c’est donner à l’autre ce que l’on ne nous a peut-être encore jamais donné : de l’attention, du temps, une présence affectueuse.
C’est en apprenant à écouter les autres que nous arrivons à nous écouter nous-mêmes, notre corps et toutes nos émotions, c’est le chemin pour apprendre à écouter la terre et la vie, c’est devenir poète : c’est à dire, sentir le cœur et voir l’âme des choses.
À celui qui sait écouter est donné de ne plus vivre à la surface : il communie à la vibration intérieure de tout vivant.
Un magnifique texte sur l’écoute du Maître Bouddhiste Zen « Thich Nhat Hanh »


1 commentaire

Ronron thérapie !

Selon Jean-Yves Gauchet,  vétérinaire, spécialiste de médecine naturelle, le ronronnement d’un chat serait aussi puissant qu’un médicament.

3075152469_1_3_W1liy2wP

Pourquoi ?

Parce qu’il vibre à une basse fréquence, entre 20 et 50 hertz et ce sont ces mêmes fréquences qui sont utilisées par les kinés, les orthopédistes, et les médecins du sport pour réparer les os brisés, les muscles lésés et accélérer la cicatrisation. Les compositeurs de musiques de films utilisent aussi ces basses fréquences pour susciter des émotions…

Lorsque nous sommes au contact de ce ronronnement , notre propre fréquence baisse, notre rythme respiratoire ralenti, nos muscles se relâchent et notre rythme cardiaque diminue.

Et, ce ne serait pas le seul effet de la ronron thérapie. Le vétérinaire explique que les vibrations produites par le ronronnement du chat, provoquent chez nous la sécrétion de la sérotonine : l’hormone du bonheur !

Il s’est aussi aperçu récemment,  que ces vibrations aidaient à réduire le jetlag, la fatigue liée au décalage horaire. 
Des études scientifiques américaines avaient déjà prouvé auparavant que caresser un chat diminuait l’anxiété, la tension artérielle, donc le risque d’infarctus, et qu’en étant quotidiennement au contact de chats, on s’exposait à des molécules connues pour leur efficacité protectrice du système immunitaire.

Alors… le chat…  serait-il un petit thérapeute du Bien Être …. au poil ?

L’article source est ici :
http://www.psychologies.com/Planete/Les-animaux-et-nous/Articles-et-Dossiers/Le-chat-un-therapeute-au-poil